TICKET MODERATEUR CPF : fin de la prise en charge à 100%

TICKET MODERATEUR CPF : vers la fin de la prise en charge à 100% ?

Mis en place en 2019, le CPF est une réussite. Aujourd’hui, 40 millions de français peuvent ainsi profiter d’une formation : une révolution ! Dans les faits, moncompteformation permet à tout salarié quelques soit son niveau de responsabilités de bénéficier d’une formation. Le salarié peut par exemple maintenir sa valeur sur le marché du travail voir gravir l’escalier social en obtenant un diplôme. Cependant, le gouvernement cherche à économiser 800 millions d’euros en mettant en place un “ticket modérateur”.  En effet, dans ses réflexions, le ministère de l’emploi et de la formation prévoit de faire payer au salarié entre 20 à 30% du coût de sa formation. Mais pourquoi cette réflexion ? Et quels sont les enjeux pour les salariés ?

CPF : un jeune système de financement universel

Initialement, la règle est simple : vous avez une activité, on vous crédite des fonds pour maintenir et améliorer vos compétences. Le CPF s’applique à l’ensemble des salariés du privé et du public à l’exception notable des militaires. Via le “compte élus”, même les conseillers municipaux et les maires ont la possibilité d’approfondir leurs connaissances au service du citoyen. Par ailleurs, les personnes à la recherche d’un emploi sont évidemment concernés par ce dispositif.

Inciter les gens à se former en allégeant leur facture

D’abord, il faut dire que l’Etat met les moyens. Ainsi pour financer la formation, la caisse des dépôts distille via CPF plus de 7,1 Mds€. En somme, il s’agit de l’équivalent du budget du ministère de la justice ! Ensuite, le succès du CPF est certain. Depuis 2019, le nombre de dossier de financement double chaque année. Toujours d’après la caisse des dépôts, 2021 voit la prise en charge de 2,1 millions actions de formation.

L’enjeux d’un tel effort financier est double. D’abord maintenir la productivité de la main d’œuvre française. Comme le soulève le Conseil d’analyse économique, celle-ci est en déclin depuis 20 ans notamment à cause du décrochage éducatif. Deuxièmement, lutter contre le chômage et plus encore la pénurie de main d’œuvre. En effet comme le rapporte l’OCDE, trop de poste sont à pouvoir faute de candidat formée. Cela pèse lourd sur la croissance française.

Employer au mieux les fonds à la formation professionnelle

Parallèlement, l’Etat a mis au diapason les acteurs de la formation. Plus précisément, la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel a singulièrement modifié le paysage de la formation pro. En conséquence, cette loi prévoit :

  • 1 autorité nationale unique : France Compétences. Elle a la charge de financer, réguler et améliorer le système de formation.
  • 11 OPCO (opérateur de compétences). C’est eux qui établissent les certifications et définissent les conditions de financement.
  • Et à la base du système : la montée en gamme de la qualité des centres de formation. La norme QUALIOPI est maintenant indispensable pour accéder au financement.

Enfin, l’Etat lutte contre les abus et fait la chasse aux profiteurs du CPF. On notera les actions suivantes :

Un ticket modérateur CPF : un outil supplémentaire de contrôle ou une économie ?

En conclusion, la mise en place d’un ticket modérateur CPF intervient après l’envolé du recours à la formation. L’Etat semble vouloir maitriser ses dépenses de formation tout en veillant à son bon emploi. Il existe cependant une dualité entre la démocratisation de l’accès à la formation et la contribution du salarié. Les professionnels de la formation ont par ailleurs été affectés par l’accroissement des normes avec un risque sur la diversité de l’offre de formation. Comme le souligne les Echos, les partenaires sociaux sont divisés sur la question. Une chose est certaine : formez-vous tant que vous avez une prise en charge !

Aller au contenu principal